Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mes Photos à moi, mes Humeurs et le reste!!
  •  Mes Photos à moi, mes Humeurs et le reste!!
  • : Force Ouvrière, photos, humeurs, BD, cuisine et tous le reste. c'est un peu de moi.
  • Contact

Profil

  • JOB 21
  • Bon vivant, syndicaliste. Je suis dingue de ma femme et de mes enfants. Fidèle en amitié et passionné par ce que je fais.j'attends que la retraite arrive. Même si c'est pas encore l'heure.La mer me manque toujours!!!
  • Bon vivant, syndicaliste. Je suis dingue de ma femme et de mes enfants. Fidèle en amitié et passionné par ce que je fais.j'attends que la retraite arrive. Même si c'est pas encore l'heure.La mer me manque toujours!!!

Recherche

7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 09:01
 

Depuis que nous sommes à Sombernon, petit à petit nous avons vu disparaitre les points de rencontre où, avec quelques copains, nous aimions tant nous retrouver le dimanche matin.le-caf--Vincenot_5811.jpg

 

Ces dernières années nous nous retrouvions au centre du village au restaurant du vieux château. Pour d’aucun ce n’est pas un ‘’bistrot’’ pas uns de ceux de Sombernon ne porte un nom pareil ! Et pourtant si vous leurs dites on va boire un coup chez la ‘’Berthe’’ peu d’entres eux vont se perdre dans les rues du village.

 le-caf--Vincenot_5805.jpg

Entre les tournées d’apéro, les séances de ‘’gratte-gratte’’ et une assiette de cacahuète offerte par la patronne, les histoires vont bon train, les chasseurs et les pêcheurs viennent mettre leur grains de sel là au milieu et il est  vite 12h30 voir 13h30. La messe est fini depuis longtemps et heureusement que le rôtie est programmé, que les enfants sont grands et que l’on peut faire la sieste tout l’après-midi. Aller bon appétit et bon dimanche tout le monde.

 

 

Pour moi j’allais chez la Nicole ou Mme Vincenot, Berthe étant le prénom de ma mère je trouvais bizarre d’en faire le surnom de la patronne de cet endroit. Aussi après l’avoir pendant longtemps appelé Mme Vincenot j’ai fini par l’appeler Nicole. Bien sûr n’étant pas du village depuis longtemps je connais pas toutes les anecdotes et donc je ne sais toujours pas pourquoi ce surnom est arrivé là. Mais bon on passait des moments de qualité, je dis bien on passait car depuis le 31 décembre dernier c’est fini. Dur-dur de n’avoir plus notre repaire de copains du dimanche. C’est là que nombres d’associations se réunissaient pour leurs AG leur repas, et autres réunions, M. le curé y a fait le Catéchisme, et combien de tournois de belotte et de tarot on enfumé la salle de restaurant tant qu’il était possible de le faire. Combien de fermeture tardives on vues repartir nombre d’entre nous avec du brouillard dans les yeux et jambes qui tricotent. Et que d’histoire plus ou moins graveleuse qu’a du entendre voir même supporter Nicole. Je ne vous parle pas des problèmes venues se terminer au comptoir et finir en larmes ou en rires. Ce n’est pas des mémoires que celle-ci pourrait écrire mais bien une encyclopédie des brèves et mêmes des longues de comptoir.

 

Enfin, voilà une page de l’histoire de Sombernon qui se tourne, je sais bien que pour moi elle n’est pas très lourde mais bon, ça fait partie de mes bons et proches moments dans ce village.

Tous les dimanches de la fin 2008 on en parlait sans vraiment y croire, pensant tous que l’échéance était encore loin, que Nicole changerait d’avis et que le 2 janvier au matin on serait là au comptoir à boire l’apéro. Mais rien n’y fit la planche est maintenant bien plaquée contre la vitrine, les rideaux sont définitivement tirés et on aperçoit par l’écart de ceux-ci les chaises avec les quatre pieds en l’air juchées sur les table.

 

Lorsque le dernier soir et arrivé nous sommes descendu une encore une fois pour dire au revoir non pas à Nicole mais lieu, à l’endroit, à ce petit coin chaleur et d’intimité. Nous avons rencontré ce soir là des tas de gens du village et des alentours que nous connaissions ou pas, les copains du dimanche, des jeunes, des moins, des plus jeunes du tout, mais tous avaient ce petit sourire qui en dit long sur le sentiment ressentie à cette instant précis où l’on sait que ‘’ça y est c’est fini ‘’. Après le petit mot de l’ami correspondant du ‘’Bien public’’ les bises qui claquent, les bouquets qui fleurissent, ce fut le tour des enfants et petits enfants de Nicole des passer entre les tables avec des plateaux chargés de toast, de saucisson et autres amuses bouche, pour accompagner la marquisette, et apéros largement servie par la famille et les amis venus donner la main pour l’occasion. Beaucoup de monde de bruits et d’ambiance pour cette soirée de clôture après tant et tant d’année.

IMGP0443

Ce soir on a entendu bonsoir ou salut Berthe, Nicole, Mme Vincenot chacun y allant de son petit couplet de tristesse, de nostalgie ou d’amitié. Un peu, voir beaucoup, de chaleur au cœur de cet hiver glacial. Nous sommes rentré à la maison tristounet, mais content de ce moment passé avec Nicole et les siens.

 

Aujourd’hui j’ai toujours tendance à jeter un coup d’œil pour voir si la porte serait ouverte, mais non rien n’y fait… de temps en temps nous nous croisons avec Nicole on échange quelques mots parfois nous nous arrêtons un moment boire une bière, ou bien quelques dimanches boire un petit apéro avec quelques proches qui, comme quelques uns d’entre nous, ne peuvent se résoudre à quitter ce lieu. Bien entendu il ne s’agit plus de la salle de bistrot, mais de salle à manger de Nicole. Ces quelques moments d’amitiés nous permettent à tous de ne pas nous perdre de vue et de continuer cette histoire sympa.

 

Heureusement, mon pote Nono et moi nous avons décidé de ne rien perdre de nos petits moments de convivialité, alors il passe me voir le dimanche matin ou je descends et si parfois nous croissons un copain il fait, bien sur, le petit tour avec nous.

 

Mais on a beau dire qu’on est bien, il nous manque quand même quelques choses.

Partager cet article

Repost 0
Published by JOB 21 - dans Mes humeurs
commenter cet article

commentaires

Lionel 11/06/2009 14:15

Bonjour Eric,
Merci pour ta visite sur mon petit site.
Je suis heureux pour ta balade ouessantine parmi les quelques photos mises en ligne.
Je viens de parcourir ton blog.on y ressent un esprit de convivialité, joie de vivre, amitié et respect des traditions.
Ton article sur le bistrot est touchant, car il reflète la dure réalité de nos jours sur le plan humain.
Cela fait 10 fois que je vais sur Ouessant depuis 2003 et je me rends tous les matin au bistrot local (le vrai, pas celui des touristes).
Au début, mon épouse et moi restions à la table du fond pour ne pas gêner.
Maintenant , nous sommes admis au comptoir avec prises de nouvelles, bises aux femmes et discussions maritimes avec les anciens marins.
Super ton article !!!
Cordialement,
Lionel